Critique de Boruto : Naruto le film v.11 le 16/12/16 à 15:35 par Kouje
Boruto : Naruto le film est un long-métrage d'animation japonaise réalisé par Hiroyuki Yamashita, sorti le 7 août 2015 au Japon. Ce onzième film basé sur la saga Naruto met en scène la vie du jeune Boruto, l'ainé des enfants du couple Naruto Uzumaki et Hinata Hyûga. Il est en lien direct avec le spin-off Naruto Gaiden et donnera vie à l’épopée Boruto : Naruto Next Generation actuellement prépublié dans le magazine Weekly Shônen Jump. En plus de Boruto Uzumaki, nous retrouverons également des personnages clés comme Sarada Uchiwa, Mitsuki, Shikadai Nara, Inojin Yamanaka ou encore Chôchô Akimichi, autant de noms qui ne laisseront aucun fan de la saga indifférents.

C’est donc avec un certaine curiosité pour ne pas dire crainte, que nous nous sommes lancés dans le visionnage de cette production charnière censée tenir en vie une franchise à bout de souffle depuis la parution du 72ème et dernier tome de Naruto en 2014 au pays du Soleil-Levant.
 
© 2016 Mikio Ikemoto / SHUEISHA
 
Nous nous attendions à poser le regard sur un monde déjà connu pour l’avoir exploré pendant de nombreuses années mais la première surprise de ce film est bel et bien visuelle ! L’univers imaginé par Masashi Kishimoto s’est imprégné de notre technologie contemporaine tout en respectant le mode de vie des ninjas imposé par la franchise depuis ses débuts. La télévision, le jeu vidéo et les ordinateurs envahissent Konoha de façon subtile mais cela titille assez notre attention pour nous mettre immédiatement en éveil. Cette idée de marquer une évolution non pas seulement dans les personnages mais aussi dans la modernisation technologique ajoute un plus non négligeable à l’ambiance générale du film et ouvre des perspectives intéressantes pour la suite des intrigues. Sans entrer dans les détails, nous pensons par exemple à l’apparition de guerres virtuelles, de la propagande numérique, voir même à l’utilisation de combattant cyborg…

Le nouveau décor nous happe, certes, mais si nous nous attardons sur l’histoire en elle-même, ce long-métrage est surtout axé sur la relation entre Naruto, le père et Boruto, le fils. Naruto étant orphelin depuis son plus jeune âge, il n’a aucun modèle éducatif ou parental à reproduire avec son fils ainé. Sa difficulté à montrer ses sentiments, lui qui s’est forgé un caractère à la dure, mais aussi son travail d’Hokage (chef du village) ne lui facilite pas la tâche pour améliorer sa relation avec son fils.

De son côté, Boruto a du mal à comprendre le rôle de pilier que joue Naruto au sein de Konoha car la paix règne depuis sa naissance dans le monde Shinobi et celui-ci n’a jamais été confronté à de grandes guerres mondiales comme ce fût le cas pour ses parents. Il reproche à son père de ne pas être là dans les moments clés de sa vie mais il lui en veut surtout de délaisser aussi sa petite sœur, Himawari et sa mère Hinata. Sa seule solution pour se faire remarquer : montrer sa force et convaincre son entourage qu’il est bien le fils du grand Naruto. Malheureusement pour lui, l’expérience ne s’acquiert pas du jour au lendemain et le jeune garçon va choisir le chemin de la facilité plutôt que celui de la ténacité.

C’est à ce moment clé du film que la technologie se mélange à l’intrigue. Afin de prouver que des armes reproduisant des techniques Shinobi peuvent être aussi efficaces que des entrainements sans fin, le chef des chercheurs de Konoha propose à Boruto de cacher sur lui et d’utiliser une arme afin de réussir haut la main l’examen des ninjas de moyenne classe.

Cette thématique mélangeant tradition et modernisme revient souvent dans les mangas qui se calquent sur la société japonaise faisant face à cette schizophrénie permanente. Difficile de ne pas citer un film comme Le château dans le ciel d’Hayao Miyazaki qui critique non pas la technologie en elle-même mais plutôt l’utilisation néfaste qu’en fait l’être humain.
 
© 2016 Mikio Ikemoto / SHUEISHA

Dernier point important du film, le méchant Momoshiki que nous aurions vite fait de qualifier d’obsolète, voir de raté mais ce serait sans doute une erreur d’appréciation trop hâtive…

Comme nous l’évoquions en introduction, ce long-métrage se veut être une passerelle entre l’œuvre de Masahi Kishimoto (Naruto) et celle à venir d’Ukyô Kodachi (Boruto). Si nous nous référons aux précédents grands ennemis de la franchise (Pain, Madara, les Uchiwa…), nous voyons rapidement qu'ils se sont construits à travers de nombreux chapitres afin de leur apporter de la profondeur et de créer des confrontations à forte teneur émotionnelle.

Créer de l'empathie prend du temps et c'est impossible de procéder de la sorte dans un film de seulement 90 minutes. Du coup, plutôt que d’inventer un vécu à la va vite pour Momoshiki, les scénaristes nous le jette presque en pâture afin que celui-ci remplisse uniquement son rôle de faire-valoir face à Boruto. Cette façon de procéder fait gagner du temps de pellicule car de toute façon Momoshiki ne serait jamais arrivé à la cheville de ses illustres prédécesseurs maléfiques ! Autant se concentrer sur l’essence même du film : le renouveau du monde Shinobi et le personnage de Boruto qui tente d’exister en dehors de l’image de son père.

Boruto : Naruto le film se révèle au final être une agréable surprise! Ce n’est autre que le résultat de très bons choix scénaristiques. L’histoire nous prend au trippe car elle devient le reflet de notre monde contemporain et forcément les thèmes abordés nous touchent d’avantage. Il se dégage de la nostalgie et surtout un effet miroir sur notre société actuelle très ingénieux. Nous avons envie de comparer la jeunesse de Naruto au Japon des années 40 avec la guerre, la crise économiques et les sacrifices de toute une génération pour le bien d’une nation. Celle de Boruto au Japon des années 2000 où la technologie et la paix nous a fait oublier les horreurs des combats. Ce monde où deux générations s’aiment mais ont du mal à se le dire et à se comprendre faisant référence chacun à des vécus radicalement opposés. Cette transition entre deux mondes et deux époques cinématographiques nous redonne l’envie de partir à l’aventure avec Boruto, le contrat est donc rempli.
cadre-Kouje

Kouje

Adepte de tous les types de mangas existants, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre à travers ce site.
film
Boruto : Naruto le film
Volume 11 (France)
Kana home video
29.99 €
achat-amazon
Score
7.0 mangeeka
1 note
- membre
aucune note