Critique de Re/member-1 v.1 le 23/03/16 à 22:44 par Kouje
Simple d’accès, souvent court, apte à émoustiller le lecteur, le manga horrifique plane avec succès sur les étagères des librairies françaises depuis quelques années. Il faut bien reconnaitre que l’on doit ce phénomène en partie à l’éditeur Ki-oon et sa mise sur orbite du genre à coup de pancartes publicitaires mettant en avant les qualités de ces licences atypiques. On pense notamment à King’s Game, Judge ou bien Doubt qui ont rapidement su trouver un public et donner ses lettres de noblesses à des récits intéressants agrémentés d’hémoglobine. On remarque quand même une astuce qui revient souvent lorsque l’on évoque ces best-sellers… Ils se basent pour la plupart sur des romans à succès avant d’être adaptés en manga. Vous l’aurez compris, Re/Member de Katsutoshi Murase n’échappe pas à cette règle et le scénario s’inspire directement du roman de Welzard en 8 volumes !
 
© 2014 by Welzard, Katsutoshi Murase / SHUEISHA Inc.

Re/member nous plonge au cœur d’une sinistre légende urbaine. Une créature surnaturelle meurtrière, la Rouge-Sang, hanterait les couloirs du lycée Oma sous les traits d’une fillette de 11 ans couverte du sang de ses victimes… Le quotidien d’Asuka et de cinq de ses camarades bascule le jour où, frappés par la malédiction de cet être diabolique, ils se retrouvent condamnés à revivre sans cesse la même journée funeste. Seule solution pour mettre fin à cette boucle temporelle macabre : retrouver les 8 parties du corps de la dernière victime, leur amie Haruka.

Le scénario sans réelle surprise à l’avantage de lancer les hostilités sans préambule. On le sait, les japonais adorent les contes morbides et la comparaison avec l’incontournable The Ring de Koji Suzuki s’impose d’elle-même dès les premières pages. Notons tout de même une légère appréhension car l’idée de la licence commerciale facile à vendre au vu du quatrième de couverture très intense nous titille fort logiquement l’esprit. Et si l’éditeur Ki-oon surfait un peu trop sur une mode en nous proposant le thriller de trop avec Re/member ? Que nenni, c’était sans compter sur le talent du mangaka Katsutoshi Murase.
 
© 2014 by Welzard, Katsutoshi Murase / SHUEISHA Inc.

Le premier chapitre peut s’enorgueillir d’être d’une efficacité rare en mettant en place les personnages ainsi qu’un fil conducteur scénaristique limpide tout en commençant à nous faire frissonner de peur en seulement 24 pages. Une des premières scènes angoissantes à souhait montre l’héroïne Asuka discutant involontairement avec la Rouge-Sang par sms. L’utilisation d’une technologie contemporaine, celle des smartphones, est bien pensée pour mettre dans le bain des lecteurs forcement adeptes de ces outils de communication. Par comparaison avec The Ring, il est certain que le support de la K7 VHS et du magnétoscope dans cette œuvre de référence ne doit plus parler à beaucoup d’adolescent de nos jours !

L’originalité ne s’arrête pas là. Dès le deuxième chapitre, une dose habile de science-fiction s’ajoute à l’horreur. Les protagonistes principaux se retrouvent enfermés dans une boucle temporelle. Il n’est nullement question de la journée de la marmotte (référence au film un jour sans fin avec Bill Murray) car une fillette immortelle s’amuse à les démembrer toutes les nuits. On ne voit pour eux aucun échappatoire possible ce qui accentue cette sensation d’oppression voir de claustrophobie chez le lecteur. On est surpris par l’emprise émotionnelle que Katsutoshi Murase arrive à créer dans ce tome.

Mais tout n’est pas parfait ! Asuka et sa clique sont conçus autour de clichés simplistes vus et revus tels que l’intellectuel de service, la gentille copine, le voyou fougueux ou encore la blondinette légèrement cagole. On se demande également pourquoi tout ce petit groupe ne discutent-ils pas directement avec leur amie Haruko possédée par la Rouge-Sang alors qu’ils la rencontrent tous les jours au lycée ? Malgré ces points dommageables, la lecture reste agréable et surtout, on se laisse surprendre par l’histoire qui nous fait sursauter fréquemment, principal preuve de réussite d’un manga ou tout autre media catalogué "horreur".
 
Niveau graphisme, on apprécie grandement la mise en scène des cases qui se rapproche encore une fois du cinéma d’angoisse. Le mangaka accentue le suspens via des plans larges qui se rapprochent petit à petit d’un moment clé puis, en tournant la page, il nous projette par un zoom puissant contre un visage effrayant ou une scène apocalyptique et cela marche à merveille ! Difficile de ne pas frémir quand on découvre la tête d’Haruko qui se retourne à 360 degrés pour épier l’héroïne Asuka lorsque celle-ci s’y attend le moins. Le détail des cadavres déchiquetés dans tous les sens par la Rouge-Sang baignant dans des mares de sang ne peut laisser indiffèrent. On a mal en imaginant la douleur surement ressentie par les personnages en se faisant découper de la sorte.

Attention tout de même à ne pas abuser de tous ces artifices graphiques sous peine de perdre en spontanéité et en frisson. Lorsqu’un procédé est répété trois fois de suite dans le même volume, on peut avoir l’impression que l’auteur est déjà à court d’idées visuelles pour nous surprendre.
 
© 2014 by Welzard, Katsutoshi Murase / SHUEISHA Inc.

Les éditions Ki-oon proposent généralement du travail de qualité en termes d’adaptation et Re/Member ne déroge pas à la règle. Certes, ce n’est pas une œuvre littéraire agrémentée de métaphores ou d’anacoluthes mais il ne faut pas non plus rendre les dialogues ridicules ce que le traducteur du manga arrive à faire habilement. Le papier souple, la couverture de bonne facture et la taille du manga un poil plus grand que le format poche embellisse l’ouvrage, points de détails que tout collectionneur apprécie grandement.

On est agréablement surpris par Re/Member qui semble bien parti pour devenir une référence dans le manga d’épouvante grâce à un scénario efficace, des techniques graphiques en symbiose avec le thème traité et une édition soignée. Cela faisait bien longtemps que l’on n’avait pas sursauté en lisant un ouvrage de ce type. On attend avec impatience la suite de ce manga qui est déjà un succès commercial au Japon en plaçant chacun de ses tomes dans le top20 des ventes à leur sortie.
 
cadre-Kouje

Kouje

Adepte de tous les types de mangas existants, je souhaite partager ma passion avec le plus grand nombre à travers ce site.
manga
Re/member-1
Volume 1 (France)
Ki-oon
8 €
achat-amazon
Score
6.0 mangeeka
1 note
- membre
aucune note